Empire de Kalsh

L’empire de Kalsh, sous l’unique dynastie Leeroy, est l’entité politique et militaire dominante des Terres de Kalsh, avec la plus grande extension spatiale et la population la plus importante.

Histoire de l’empire en Kalsh

Fondation et calendrier 0 A.L. – 47 A.L.

La capitale, Kalsh, est le joyau principal de l’empire, et le phare dont en rayonne aujourd’hui toute la puissance. Fondée il y a 979 ans, ses premières pierres marquent le début du calendrier Leeroy, qui se note 979 A.L. pour l’année en cours.

0 A.L. – Kalsh fut fondée suite à la scission de deux grandes familles nobles, les Leeroy et les Ashuran, et s’étendit tranquillement pendant près de cinquante ans. Ces familles faisaient partie d’un immense flux de réfugiés d’un pays lointain du Sud-Est, et avaient combattu et perdu beaucoup sur le chemin. À leur arrivée sur ces plaines fertiles aux alentours de -10 A.L., les Leeroy et leurs alliés, les Normand, les Kalsh, et les Anima décidèrent de bâtir une ville là où leurs camps s’étendaient. Les fortifications et l’organisation furent menées à bien par les Leeroy et les Anima, dont les puissants mages pouvaient modeler la terre à leur gré en cet endroit.

La famille Leeroy ayant assuré la sécurité de la population, et contribuant sans cesse à repousser les assaillants, il paraissait logique que le pouvoir absolu soit attribué de facto à l’héritier de cette famille. Le premier Empereur fut ainsi couronnée, et Kalsh fut nommée, en hommage au sage patriarche de la famille homonyme décédé mystérieusement la même année.

Du côté du clan des Ashuran, il fut décidé de continuer la route vers la périlleuse route du Sud, en quête de terres moins habitées. Car ici, la concurrence était rude.

Non loin au Nord de la capitale se trouvaient les frontières du royaume elfe, et une paix tendue tenait entre ces deux peuples. La raison essentielle était que la présence d’une forteresse et d’une armée humaine faisait tampon entre les elfes et la Domination Vazsharan, agrégat organisé sanguinaire de villes d’humains dépravés. Les elfes luttant déjà contre leurs cousins maléfiques au Nord, et ayant des relations diplomatiques inexistantes avec les clans nains des montagnes du Nord-Est voyaient une utilité directe à ce pouvoir naissant.

La responsabilité échut donc à ce nouveau groupe d’humains de tenir les assauts vicieux de leurs cousins Vazsharan, et d’en protéger leur peuple.
Huit villages de serfs, les principaux fournisseurs de ressources de la capitale, se développèrent rapidement autour du bastion.
Les Leeroy étaient révérés en dieux, à cette époque, à tel point qu’aucune religion ne s’installait. Cette particularité était due aux dons magiques puissants du premier Empereur, capable de détecter la culpabilité.
Si cette spécificité n’est plus aujourd’hui, et que les religions majeures se sont installées dans la capitale, l’Impératrice n’en est pas moins immensément respectée.

30 A.L. – Les dernières poches de résistance Vazsharan au Nord de Kalsh, coupées des ressources de leur Domination, furent détruite. Le dernier bastion, à la frontière du royaume elfe, fut purgé. Les elfes voulurent alors récupérer ce territoire, mais l’Empereur s’y opposa fermement. Un compromis fut trouvé, où la ville ferait partie du territoire elfique, mais sous gouvernance des humains de Kalsh. Cette année marque ainsi la fondation de Larethia, et aussi la dernière année qui vit des relations diplomatiques et commerciales entre humains et elfes hors de cette nouvelle ville.

La menace Vazsharan supprimée, les elfes se retirèrent dans leur forêt. Seuls les plus aventureux s’essayaient à Larethia, et la ville vit naître la première guilde de voleurs de l’empire.

Toujours maintenant, des traditionalistes comme la Police Secrète et certains proches de l’impératrice décrivent cette époque comme l’âge d’or de Kalsh.

La domination Illithid 53 A.L. – 179 A.L.

53 A.L. – l’Empereur est brutalement assassiné avec sa famille. Les corps mutilés des Leeroy sont retrouvés dans les maisons de différents notables et chefs militaires de la ville.
Le chaos qui s’ensuit est terrible, et les multiples factions spontanément générées commencent à s’entretuer, hommes et femmes du peuple sont les premières victimes. La guerre civile dure plusieurs semaines, jusqu’à ce qu’une compagnie de héros amène le coupable en place publique : un flagelleur mental. Usant de ses vicieux pouvoirs, il avait amené les Leeroy à la ruine.
La vérité put lui être arrachée grâce à la survie d’une jeune héritière de la famille impériale. Âgée de douze ans, elle prit la responsabilité de son peuple entre les mains, et parvint à unifier la ville à nouveau.

Les défenses s’élevèrent alors contre un ennemi invisible. Vers l’Est, les terres Illithid étaient en pleine expansion, et le dernier rempart était Kalsh. En 54, une bataille terrible éclata dans les plaines des geysers, opposant des armées de monstres dominés, des Vazsharan, des halfelins et des humains; les elfes restaient en dehors du conflit. Les pertes furent terrible, et Kalsh dut admettre sa défaite. Le joyau n’était pas en état de subir un assaut frontal, et même s’il avait été possible de décimer une grande partie des armées adverses, ç’aurait pu être la fin d’un pouvoir central humain.

La jeune impératrice se soumit donc officiellement à la domination Illithid, ayant pour base l’immonde ville magique des Rives Rouges. Un quota d’esclaves et de cobayes était exigé par les flagelleurs. Pendant près d’un siècle, les races humanoïdes vivèrent un enfer sur Kalsh. Une police officieuse fut fondée et menait des expéditions punitives sur les terres Illithid. Ce terrorisme donna de l’espoir au peuple, et les Vazsharan n’étant pas épargnés par les Illithids, une paix relative s’installa sur l’axe Nord-Sud.

Les flagelleurs poursuivaient activement les pratiquants de la magie, y compris les missionnaires venant des terres du Sud à partir de 101. Ces prêtres humains, halfelins et gnomes étaient promptement massacrés par les Vazsharan et disséqués par les flagelleurs, mais acueillis et cachés par les humains de Kalsh. Une forteresse fut bâtie à l’Est, au-dessus de l’état-vassal de Dreel, où les apprentis mages étaient emmenés à des fins inconnues.

120 A.L. – Une chapelle secrète ouvre dans les souterrains de Kalsh, et un séminaire se forme. Des adeptes s’éduquent en secret à la théologie et la magie divine. La chapelle est détruite dans l’année, mais les différents cultes se répandent, et des prêtres dissimulés continuent leur mission avec dévotion.

148 A.L. — Werelnech’Barr, mage au service des flagelleurs mentaux, invoque l’Ankou.
L’incident planaire se produit non loin des Rives Rouges, dans une base de magie Illithid. L’incident arriva de nuit, et on y vit comme en plein jour jusqu’à Goulouka. Un bruit assourdissant suivit rapidement. L’endroit était gardé par une énorme population Illithid, ainsi qu’une forte présence militaire à leur service : l’ensemble, ainsi que la ville des Rives Rouges, furent vaporisés.

Les collines alentour furent redistribuées aléatoirement. Des temples inconnus, usés par les siècles, apparurent dans les environs. Les rivières changèrent de direction, et un liquide rouge tomba en pluie sur les Rives pendant trois jours.
L’impératrice de Kalsh n’attendit pas aussi longtemps pour agir, et donna le signal à sa police, alliée avec les prêtres. À l’aide de la conscription volontaire, et des pouvoirs de défense mentale conférés par les adeptes, la ville de Kalsh retrouva rapidement son indépendance.
Dans les mois qui suivirent, Kalsh et ses alentours furent remis sur pieds, et l’Ouest du pays fut progressivement libéré.

L’Impératrice, à partir de cette période, ne fut vue en public plus qu’en la présence de quatre silhouettes noires encagoulées, silencieuses et inquiétantes, garantes de sa sécurité mentale et physique.

Le Magisterium de Kalsh fut fondé, et les mages impériaux ne mirent pas longtemps à enquêter sur les évènements étranges rapportés autour des Rives Rouges détruites. Dans le même temps, un camp avancé de résistants dans la forêt de Goulouka fut anéantit. Une survivante rapporta la présence soudaine d’un “arbre et un gardien”, et l’Impératrice effaça l’emplacement des cartes officielles.

Bientôt, un évènement étrange figea le pays lorsque le projet d’un chevalier richissime, une sorte de basilique gigantesque dédiée à on ne sait quel démon, s’évanouit avec tous ses serviteurs dans l’espace d’une nuit, près de Goulouka. Des ruines bizarrement vieilles furent découvertes, et quelques expéditions disparurent sans laisser de traces.

De nombreuses bandes d’aventuriers écumaient la région, à leurs risques et périls, et d’inexplicables monstres surpuissants faisaient de brèves apparitions régulières. Alors, L’Impératrice lança une croisade vers l’Est, pour libérer tous les asservis et occire les Illithid et leurs serviteurs jusqu’au dernier. Pendant ce temps, le Magisterium (et nombre d’aventuriers) identifia les pierres de l’Ankou, et utilisant leur puissance, ils bâtirent un gigantesque mur de défense de Kalsh.
Le mur adamantin, titanesque, devrait plus tard donner à Kalsh son surnom de Joyau Imprenable. En plus d’être impénétrable physiquement, il identifierait chaque citoyen et serait garant des bonnes intentions des citoyens de l’empire.
Après près d’un siècle de servitude et de terreur, la majorité des Kalshiens approuvaient la construction des Hexagones Intérieurs et Extérieurs. Mais de temps en temps, des aventuriers s’inquiétaient de l’avancée impitoyable de l’empire. Dans les Terres de l’Est, seule GoldRive parvint à garder un semblant d’indépendance, les gnomes gardant jalousement leurs secrets de chirurgie magique et de défense mentale. De plus, la rumeur se propagea que les Vazsharan étaient devenus quasiment tous stériles. Des aventuriers rapportaient des actions de bataillons masqués mettant le feu à des habitations Vazsharan, massacrant des civils. Mais les bataillons étaient intraçables, et les aventuriers disparaissaient rapidement par la suite.
Ainsi, l’opposition mourut aussi sûrement et tranquillement que la domination Illithid.

178 A.L. — Kalsh termine son Hexagone Extérieur. En 179, une dernière force armée de Vazsharan attaque la capitale, pour être complètement écrasée par les défenses internes. C’est la dernière bataille que Kalsh connaîtra.

L’expansion de l’empire 180 A.L. – 760 A.L.

180-230 A.L. — Les humains récupérèrent les villes désertées de la race qui les avait précédés, les Vazsharan. Ceux-ci étaient en train de disparaître, et le dernier mourut aux alentours de 240 A.L..
Les villes de Lakeïn et ses ports, alors halfelins, devinrent rapidement humains en majorité. C’est une grande période de migration halfeline, entre autres vers l’actuelle Andoucia. Les cités libres halfelines du Sud-Est, en désaccord avec la gestion de l’empire, se voient obligées de déplacer des populations entières vers les montagnes au-delà des triplés.

231-400 A.L. – Vers 240, quelques conflits éclatent entre des villages de colons aux abords du Désert des Roches dansantes, où des raids orcs sont observés. Des colons sont pris en esclavage par les orcs, et une réplique Impériale ne se fait pas attendre. Mais les orcs étant organisés par clans, une réponse
En l’an 300, excédé par les pertes humaines et matérielles du bord Est de l’empire, et par le manque de progression des cités côtières de l’Ouest, l’empereur décide de faire d’une pierre deux coups.
Une pression militaro-magique énorme est alors appliquée aux abords du Désert. Une politique de guérilla s’installe jusqu’à ce que l’occupation Impériale devienne trop coûteuse, que ce soit en vies orcs ou humaines. Un accord est alors passé, et pendant les cinquante années suivantes, des jeunes orcs sont acheminés sans ménagements vers les villes côtières de l’Ouest. L’arrivée d’une main-d’oeuvre forte, gratuite et méprisable donna un grand coup de collier à Cliffya et Lakeïn. La ville de Goulouka posa plus de problèmes à cause du gouvernement local Aartl, qui interdisait l’esclavage. Bien que le pouvoir central niait ce statut des orcs, ils furent traités avec plus d’égards dans la région et certains devinrent propriétaires terriens. D’autres s’allièrent avec les elfes noirs locaux et commencèrent à travailler ensemble. Ces évènements amenèrent à l’éclatement inévitable d’une guerre sur la côte Ouest.

400-403 A.L. — La troisième guerre des profondeurs fait rage. Le port de Lakeïn fut détruit une première fois à cette époque. Afin d’éviter les futures incursions, une guilde de magiciens vit le jour, sous-marine. Elle se rendit célèbre pour ses mages entourés d’une bulle géante, se déplaçant à des vitesses formidables sur et dans l’eau. La création fut rendue possible par les elfes, sortis de leur forêt pour aider l’Empire dans leur lutte contre les drows.

C’est dans la foulée que les liens elfes et humains furent reserrés, avec l’apparition des premiers demi-elfes dans la cinquantaine d’années qui suivit. L’expansion impériale continua ainsi, possédant l’actuelle Andoucia, ainsi que les domaines à présent souverainement et dangereusement orcs, à l’époque propriété Impériale.

677 A.L. – Le dragon rouge Ikt-le-sanglant-mangeur-d’âmes, en utilisant une magie nanique perdue, détruit complètement la ville des Rives Rouges pour la deuxième fois. Une fois le dragon repoussé, la ville est abandonnée complètement, laissant des monstres s’y installer. C’est le premier signe de faiblesse de l’empire qui faillit à reprendre son territoire.

En 750, l’empire avait atteint son faîte. Mais la perte de contrôle de l’Empire sur les mages et prêtres de haut niveau se faisait sentir. La police secrète fut sommée d’arrêter d’emprisonner les pratiquants profanes à vocation de guilde, et les écoles de magie se mirent à fleurir, ainsi que le nombre d’ensorceleurs.

Stagnation et réduction 761 A.L. – 979 A.L.

761 A.L. – Suite à l’attaque d’une Tarasque sur La Halte, les terres d’Andoucia firent sécession. Sa structure gouvernementale effroyablement complexe, mélange de protectorats religieux et de cités libres halfelines, était déjà pratiquement indépendante de l’Empire. Des troubles populaires suivirent et s’éteignirent dans la trentaine d’années qui suivit. En signe d’alliance, cinquante ans plus tard, l’Empire adopta l’église Pélorienne comme religion officielle, donnant plus de pouvoir à ce clergé déjà influent. Les cultes minoritaires et déjà chassés de dieux plus “sombres” furent déclarés hors-la-loi. Alors que les nouvelles forces Impériales étaient enfin parvenues à vaincre Ikt-le-sanglant-mangeur-d’âmes, son âme draconique fut cristallisée et mise en première pierre d’une cathédrale dédiée à Pélor, à Cliffya.

850 A.L. – Le Désert des Roches Dansantes perd officiellement son statut de territoire impérial, laissant le champ libre à une possible expansion des orcs et gobelinoïdes. La même année, la métropole de Kalsh atteint les deux cent mille habitants. Le Joyau est alors totalement autosuffisant.

975 A.L. – Léo Gantnoir, ancien marchand, sort Dreel de la misère et se déclare “Roi des Terres de l’Est” grâce à la vente d’un tubercule miraculeux. Le territoire ainsi contesté s’étend depuis Dreel jusqu’à GoldRive, qui possède des routes commerciales jusqu’aux cités halfelines. Très rapidement, en l’absence de dîme impériale, la population put s’enrichir. De nombreux halfelins et gnomes prirent la route vers le Nord pour rejoindre cette nouvelle terre fertile d’espoir.

Empire de Kalsh

Extinction PabloMontoya PabloMontoya