Aijun

Aijun, la lande rouge, est à la fois un continent entier et la langue qui y est majoritairement parlée. Globalement, les techniques magiques et industrielles y sont plus développées que sur les Terres de Kalsh, mais leur approche de la magie est radicalement différente.

Histoire

Peu d’explorateurs font le voyage entre les Terres de Kalsh et Aijun, même par magie. La distance brute (près de 10.000 km) suffit à dissuader la plupart des volontaires. Cependant, ce n’est pas une terre inconnue, et quelques informations et marchandises filtrent de temps à autres. Beaucoup de peuples sur les Îles du Chaos sont des descendants directs ou indirects de civilisations d’Aijun.
Ces peuples, pour la part humaine, sont constitués de plus d’une trentaine d’ethnies. Même si l’on trouve que sur les Terres de Kalsh, les humains sont fortement majoritaires, il est carrément rarissime de trouver autre chose qu’un humain en Aijun.
Reconnu par le conseil des élémentaires et par Li-Fu, Med, premier conseiller, est le mortel le plus influent du plan matériel. Il est basé dans la ville d’Injutah, ville cerclant le lac du même nom, dans le coeur du continent. C’est là que se trouve la haute école des combattants, guilde de très haut niveau d’où vient Martla Delano, garde du corps de Melkyan Elhunar, père d’Elentar Sindacollo.

Accès

Par bateau, la traversée est périlleuse et extrêmement longue, mais faisable à condition de connaître les petites îles-étapes le long du trajet, ainsi que les trajectoires des principaux monstres marins. Et d’éviter le Maelstrom.
Par magie, seuls de très puissants mages peuvent se targuer d’avoir mis un pied en Aijun. Les plus puissants en ont mis deux.

Culture

Très peu de choses sont connues sur la culture d’Aijun. La taille du continent et le nombre d’ethnies appauvrit le sens de ce concept en tant que définition unique, mais quelques généralisations sont faisables.
Socialement, il n’existe pas de regroupement très dense d’humains, rien qui soit ne serait-ce que comparable à Dreel. Même si Injutah a une population importante, elle est étalée tout autour d’un lac et de la végétation alentour, laissant beaucoup d’espace à chaque famille.
Souvent, les humains d’Aijun sont comparés aux gnomes de GoldRive : d’abord concentrés sur la technique et l’application. Utiliser de la magie visible et puissante en public est vu au mieux comme de l’immaturité dépensière, au pire comme un affront.
De nombreux automates et mécanismes Aijuniens sont confondus avec des objets magiques, comme les gants automatiques. D’autres, comme les ailes des agents Combattants, ne sont que très faiblement magiques. Le summum de l’élégance artisanale Aijunienne semble résider dans l’utilisation la plus économe possible de la magie.

Aijun

Extinction PabloMontoya PabloMontoya