Adinseth

Dieu des mortels

Description:

Ancien Dieu.

Adinseth n’a qu’un seul avatar, qui est à son tour métamorphe. Il peut être tour à tour n’importe quelle race mortelle du plan matériel.

Sa forme originelle est une aberration sans nom, un amas informe de chairs se reproduisant et mourant constamment. Cette forme s’appelle “le Chaos Originel” et provoque maladies, morts, résurrections et guérisons. Le Chaos est perdu dans une montagne lointaine dans le Nord des Terres de Kalsh.

Bio:

Adinseth est le Dieu Mort. Il s’agit d’un des plus anciens cultes de tout le plan matériel, qui perdura pendant près de dix mille ans. Sur les Terres de Kalsh, il n’existe plus aucune trace de ce culte, à part dans la Zone de Silence du Désert des Roches Dansantes et dans la passe des Scarabées, en Aijun.

Histoire

Adinseth fut le premier dieu de la seconde génération, qui devait porter l’Intelligence. Il fut créé à partir d’un mélange des énergies primordiales, devant être un parfait avatar d’harmonie.
Cet avatar aurait contribué, grâce à son intelligence, à forger l’univers tel que le voulaient les dieux primordiaux.

Ce qui suit est une traduction d’un écrit trouvé dans un des derniers temples à Adinseth, sur Aijun, dans la passe des scarabées.

“Loï et ses deux exécutants étaient dépourvus de forme, et n’avaient pas ce qu’on appelle esprit ou acuité mentale. Mais ils avaient un dessein, celui de Loï, et Loï était le dessein. Sa musique les guidait, et ensemble LIZ créaient. Leur monde, notre monde, était la frontière entre les deux premières énergies. Simple et complexe à la fois, chacune de leur création était une combinaison de parts égales d’ombre et de lumière. L’âge de la Génération s’étend sur des durées impossibles à décrire. LIZ allumèrent les étoiles dans le ciel, modelèrent le sol rouge qui nous porte, et choisirent ce qui serait matière et ce qui serait lumière.

L’ère toucha à sa fin, l’équilibre primordial conservé. Alors ces forces phénoménales se préparèrent à faire ce qui devait être leur dernière création.

Et grain par grain, l’être suprême prit forme. Dans son esprit ils forgèrent la volonté qu’ils n’avaient pas, dans ses mains ils mirent la force dont ils étaient dépourvus. La mélodie de Loï s’imprimait dans chaque partie du divin corps, planifiant ses actions à l’avance.

Lorsque ce fut terminé, LIZ s’éloignèrent de leur enfant, et commencèrent à lui transmettre de leur essence. Ils commencèrent à se réduire en taille et en puissance, alors que l’être prenait Vie.
Cependant, il y eut un déséquilibre. Le nombre de grains était en faveur de l’énergie qu’on appelle aujourd’hui “positive”. Le Dieu, surchargé et toujours inanimé, continua à aspirer LIZ, les vidant de leur essence. Il grandit, grandit, jusqu’à dépasser les étoiles et les mondes sombres, menaçant toute la Création d’une destruction totale.

Mais alors que LIZ allait disparaître, le Dieu s’éveilla à la conscience.

Il vit la création, celle du monde et la sienne, et comprit. Il étendit ses bras immenses, attrapa les bords de la création et les déchira d’un grand geste, séparant le Premier monde des Énergies positive et négative.

Immédiatement LIZ cessèrent de perdre de leur essence et le Dieu cessa de grandir. Mais ce n’était pas suffisant. Alors le Dieu attrapa les bords du monde matériel et, puisant dans toutes ses forces, en sépara quatre morceaux qu’il jeta au loin.
L’effort titanesque divisa la création en cinq, et manqua d’anéantir le Dieu, mais il se releva. Le Plan matériel et les Quatre plans élémentaires étaient créés.
Et avec un dernier effort, le Dieu fit couler son énergie entre ces plans. Une rivière d’énergie brûlante connecta alors les cinq plans de la Création, suffisamment étirée pour ne pas causer de dégâts. Sa lumière est toujours visible dans les nuits d’été aujourd’hui, et elle coule toujours, éternelle créatrice et destructrice.

L’univers se stabilisa, et LIZ reprirent de leur puissance.Ils exigèrent immédiatement qu’il continue à jouer la partition divine.

La prochaine étape était de créer des êtres parfaits, immuables dans leurs intelligences et leurs corps. Avec son habileté, il devait réussir plus sûrement là où LIZ semblaient avoir échoué.

Adinseth refusa, et fut nommé.

Il l’avait compris, un équilibre statique ne fonctionnerait jamais car le monde était chaos par essence. Il rejeta le rôle d’interprète d’une partition qui sonnait faux, et coupa le lien aux “dieux” primordiaux de ses mains.

Les dieux primordiaux, dénués d’esprit et de sentiments, ne purent comprendre. Par commodité, ils essayèrent de détruire leur première création.
Pour cela ils utilisèrent le reste de leur essence pour forger quatre autres êtres dotés d’intelligence, chargés de détruire Adinseth et de mener à bien la mission divine. Sans accès direct aux énergies primordiales, ces êtres naquirent stables et obéissants à la musique divine. Tourka, Amansinaya, Histhwué et Kok-Ou, comme on les appelle aujourd’hui.

Adinseth fut pourchassé dans le plan premier, puis dans les quatre plans qu’il avait créé. La chasse dura des centaines de milliers d’années, et la course des dieux déforma le sol, chauffa les entrailles de la planète mère et agita les océans. Les échos de leurs pas secouent encore nos montagnes.

Puis le Dieu décida de les affronter. Rusé, il les attendit devant la Rivière d’énergie : et les quatre Dieux, circonspects, s’arrêtèrent. Mais trop tard. Adinseth de ses mains dévia la rivière, qui assomma les poursuivants et dévasta une large part du Plan. La rivière reflua vers sa position première sans perdre de sa puissance, et Adinseth victorieux s’en fut, après avoir lancé le premier Sortilège de l’histoire de la création.

Caché, rejeté, Adinseth commençait sa propre création. Seuls Kok-ou et Tourka le poursuivaient encore, les deux autres avaient commencé leur travail divin. Ils ignoraient que leur œuvre était dépassée chaque seconde par la grandeur du Dieu.

Il était assis près de la rivière qui l’avait sauvé. Sa décision était prise depuis longtemps.
De sa main gauche il arracha de sa chair céleste; de sa main droite en coupe il prit de la rivière; de son esprit il prit une partie de son essence, et sans hésitation, s’en sépara.

Il ne modela pas la chair. Il lui donna force et vitalité grâce à Son essence, et y mêla une partie de la Rivière brûlante.
Ainsi, comme Ses mains avaient pu dévier la rivière, la chair aurait un contrôle dessus, et brûlerait lentement sous sa chaleur.

La chair s’anima et grandit.

La première Vie était là. Elle brûlait de porter la Rivière, mais survivait, se reproduisait, et mourait.
En plusieurs éons, la Vie s’était multipliée, complexifiée; la Vie avait acquis l’Intelligence. Les premiers êtres mortels vénéraient Adinseth, et il leur enseignait la Voie de la Rivière.

Alors à leur tour ils façonnèrent leur monde fantastique, des villes d’or suspendues dans les cieux, des merveilles comme il ne peut plus en exister. Quant un être mourait son essence retournait, augmentée, à la rivière, et à chaque génération la Rivière grondait plus forte et les cités montaient plus haut. Aujourd’hui leurs ruines jonchent les fonds des océans. La Magie prospérait et commençait à se répandre dans les Plans.

Les quatre dieux avaient trouvé Adinseth, remontant la rivière jusqu’au Premier Monde.
Eux avaient créé de l’Intelligence, mais à leur image, reflets de leur arrogance et leur obéissance aveugle. Kok-Ou, le Fiélon suprême, envoya ses frénétiques armées sur les êtres de la Rivière. Plus grands, plus forts, ils étaient dépourvus de magie. Les Maîtres de la Rivière se battaient de toute leur âme, Mais les créatures divines étaient trop nombreuses.
Voyant toute sa création disparaître, et tous les êtres qu’il chérissait se rapprocher de l’Extinction, Adinseth sortit de l’ombre et affronta les Dieux.
Leur combat fut terrible, et déchira à nouveau les plans; les armées des Mortels fuyaient dans toutes les directions. Le Dieu força la Rivière à changer son cours, pour passer dans les nouveaux morceaux d’existence, mais cela lui prit toute son attention.

La défaite d’Adinseth fut brève et violente. Il fut terrassé par Tourka aux poings sanglants.

Mais alors que les dieux s’apprêtaient à l’anéantir définitivement, et que leurs armées allaient détruire les Mortels, Adinseth proposa un marché.

Les dieux laisseraient ce qu’il restait du Plan Premier aux mortels, en échange, Adinseth enseignerait la Voie de la Rivière aux dieux. Alors il accepterait son châtiment et serait détruit"

Le texte est incomplet

Interactions récentes

La Compagnie du Carafon a rencontré Adinseth dans sa montagne des Terres gelées. L’avatar est une mare de chair mourante et renaissante en permanence. Il a révélé avoir effectivement accordé la mortalité à Orcus, parce que celui-ci lui avait demandé. Ses motivations sont peu claires, mais il semble décidé à protéger le plan matériel.
Le Dieu a proposé une solution alternative à celle de l’Ankou : générer de la Vie dans les Terres Extérieures, ce qui rééquilibrerait les plans. Pour cela, il a donné de son essence divine à la compagnie au moyen d’une amphore de grès.
Avec réticence, il a également donné un peu de sa chair mourante, disant qu’il s’agissait d’une “Racine d’Immortalité”, donc une abomination selon lui.

Adinseth

Extinction PabloMontoya PabloMontoya